Assainissement à Tchaourou: construire des latrines n’est pas encore dans les habitudes

Une délégation de l’ONG DECAM, spécialisée dans l’assainissement a constaté que les populations de Toko Bio, Barerou, et Banigri dans la commune de Tchaourou ne tiennent pas leur promesses de construire des latrines malgré les financements qu’elles ont obtenus.

Obossou Yaou, Chargé de Programmes de l’ONG DECAM

Sur 20 fouilles réalisées à Toko Bio par exemple, seulement trois sont fermées et deux entièrement construites. Par contre, dans le village de Barerou, 5 fouilles ont été réalisées et deux entièrement construites. Alors qu’aucune fouille n’a été réalisée dans le village de Banigri. Une performance que déplore Yaou OBOSSOU, chargé de programme de l’ONG DECAM.

« Quand je prends le résultat du travail qu’on me donne, ça ne vous ressemble pas. Quel est le problème d’ici ? Si vous aviez quelque chose dedans là, sortez ça pour qu’on puisse évacuer. Ou-bien si vous dites non on a déjà compris. Pour ce qui nous concerne, nous voulons savoir aujourd’hui est-ce que ça vous intéresse ? Sinon il y a beaucoup qui attendent. Il ne faut pas qu’on perde le temps ici. » 

L’ignorance, la mauvaise volonté et les intempéries sont entre autres raisons évoquées par les populations de ces trois localités. Avec des exemples palpables, le chargé de programmes de l’ONG DECAM rejette les raisons.  Yaou OBOSSOU 

« Je crois que parmi nous ici, il y a des gens qui connaissent Komkoma Gando à Parakou, ils avaient 93 latrines. A Korobororou ils avait 103 latrines montés en mur avec tôles, à Bakpérou nous avons 25 latrines, a Kpètèkpètèrou il y avait 22 latrines et 4 autres dont le mur n’est pas encore construit. Parakou, Tchaourou pour moi c’est la même chose. C’est tous des bariba, en terme de richesse, rang social c’est tous les mêmes. »

Représentant le maire, la première adjointe au maire de Tchaourou se désole du comportement de ses concitoyens

Awaou Dimon, Première adjointe au Maire de Tchaourou

qui ne garantit pas d’un bien-être social et Économique de la commune. Les chefs des villages, au noms des populations, ont pris l’engagement de redoubler d’effort d’ici septembre pour finaliser la construction des latrines à Toko Bio et Banigri.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :