L’Usine SODECO de N’Dali attend le Coton alors que les transporteurs réclament la rehabilitation des pistes

LES TRANSPORTEURS DE COTON RÉCLAMENT LA RÉHABILITATION DES ROUTES POUR UN BON CONVOIEMENT DU COTON PENDANT CETTE CAMPAGNE DE COMMERCIALISATION EN COURS. PENDANT CE TEMPS, LE PERSONNEL DE L’USINE D’ÉGRENAGE (SODECO) DE N’DALI, PRÊT POUR L’ÉGRENAGE, ATTEND DU COTON.

Reamenager les pistes de transports du coton et réanimer les marchés autogérés, c’est le souhait des transporteurs du coton en ce début de la campagne de commercialisation. Pour Moctar BOUKARY, président de la Fédération des transporteurs Routiers des Marchandises du Benin, seules les pistes réhabilitées seront empruntées par les gros porteurs.
“Les marchés auto- gérés n’existent plus, nous allons enlever le coton directement dans les champs et le manque de marchés entrainent beaucoup de difficultés. Du côté des transporteurs les camions vont dans les champs. On voit qu’ils ne sont pas appropriés pour le transports des gros porteurs. Nous avons plusieurs désagrements. Du côté des producteurs aussi c’est ça qui explique la disparition des camions de coton parce que le camion est venu clando charger. Avec, on sait quelle plaque, quel chauffeur, quel permis donc si le camion quitte le village on vien chercher le camion dans les usines, on ne trouve pas. Mais si c’est dans les marchés auto-géré on va voir d’abord le secrétaire, qui va enregistrer le camion, le camion chargé aussi au vue de tout le monde. Vraiment, je demande aux producteurs de faire en sorte que les marchés auto-géré reviennent pour leur bonheur et pour le bonheur des transporteurs. Côté des pistes, si les pistes ne sont pas prêtent, les voies qui sont impraticables les producteurs vont en souffrir. De ne pas voir les camions sur ces pistes parce que nous, nous ne pouvons pas aller endommager nos camions. Seules les pistes praticables verront les camions. Je lance un appel au président des U.COM et les producteurs de réhabiliter les pistes de coton”

Parlons toujours cotons mais cette fois-ci dans les usines. A N’Dali, les machines attendent impatiemment le coton. Tout le personnel est au poste a dit Nazaire GBODJRENOU, Chef usine (SODECO), Société pour le Développement du Coton de N’Dali.
“Tout est prêt et nous avons déjà démarré l’égrenage. S’agissant des dispositions pratiques, d’abord la machine est prête ,on a déjà commencé par égrener les premiers camions de la même façon nous avons déjà commencé par faire les enclos pour le stockage du coton graine pour éviter une longue attente au niveau de nos parking et également pour rapidement enlever le stock des producteurs. Nous prenons également des dispositions par rapport à la sécurité d’incendie pour le système de riposte a été rédigé. Le personnel est au poste. Nous avons plusieurs relances avec les transporteurs. Nous les avons déjà lancé au niveau des communes pour commencer par nous envoyer du coton.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :